Un nouveau président, mais des perspectives inquiétantes pour les communes – Bron Magazine – Septembre 2017
Partager

TRIBUNE DES ÉLU.E.S EÉLV – MAJORITÉ MUNICIPALE

Un nouveau président, mais des perspectives inquiétantes pour les communes

Les annonces de début de mandat du nouveau Président de la République concernant les communes sont inquiétantes, et il aujourd’hui une majorité très largement suffisante au Parlement pour les mettre en œuvre.

Rappelons les principales annonces connues à ce jour :

Tout d’abord, un nouvel effort sera demandé aux communes pour contribuer à la résorption du déficit public (on parle de 13 milliards d’euros sur les 5 ans à venir). On l’a vu dans les années passées, cette mesure s’est traduite année après année par une diminution d’1 million d’euros des dotations de l’Etat à notre ville, de l’ordre de 2% de recettes en moins chaque année. Réduire son budget, pour une commune comme pour tout un chacun, c’est possible au début, on optimise, on dégraisse. Mais il y a un moment où on attaque l’os… et alors, le risque, c’est qu’il faille trancher dans les services offerts aux habitants.

La seconde mesure emblématique du nouveau président est l’annonce de la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des contribuables d’ici trois ans. C’est pour lui sa mesure phare pour le pouvoir d’achat, une mesure qui vise surtout les classes moyennes, sachant que les ménages modestes en sont déjà exemptés.

La taxe d’habitation est effectivement un impôt injuste, assis sur la valeur locative des logements en 1970. Un appartement en HLM des années 70 peut ainsi payer plus cher qu’une vieille maison bourgeoise.

Mais sa suppression est un pari risqué pour les communes et limiterait encore leur autonomie financière. Il faut savoir que cette taxe représente actuellement ¼ des recettes de fonctionnement de notre ville. On annonce bien que l’État compensera cette disparition aux communes, mais on n’en connaît ni les modalités ni la pérennité….et les expériences passées nous incitent à la prudence.

Autre baisse de financement annoncée, la suppression du fonds de soutien aux activités périscolaires à l’horizon 2019, avant même que les communes aient tiré le bilan de la réforme des rythmes scolaires. Les dernières semaines avant les vacances ont été très agitées, sur le retour ou non à la semaine de 4 jours dans les écoles dès la rentrée. Bron a fait le choix de la sagesse, en se donnant le temps du débat. Mais on connaît déjà la contrainte financière annoncée.

À ces différentes mesures, on peut rajouter les annonces de blocage salarial pour les fonctionnaires, et on le voit, de gros nuages s’amoncellent sur cette rentrée…


L’économie circulaire, ou la chasse au gaspi à la portée de tous

Depuis le début du 20ème siècle, l’extraction de matières premières a été multipliée par 10 au niveau mondial, pour atteindre aujourd’hui le chiffre impressionnant de 10 tonnes par habitant et par an – et plus du double pour un français. Pour deux tiers d’entre elles, ces matières premières sont aujourd’hui minérales et fossiles, ce qui pose de nombreux problèmes lorsque leurs résidus sont finalement rejetés dans la nature, sous la forme de déchets ou de polluants, qui sont le plus souvent impossibles à assimiler par les écosystèmes.

Épuisement des ressources d’un côté, pollutions irréversibles de l’autre : il devient de plus en plus évident que ce modèle économique « linéaire » ne peut se poursuivre indéfiniment. Pour lui succéder, l’économie « circulaire » propose de s’inspirer de la nature, en optimisant l’usage des ressources et en réutilisant ou recyclant autant que possible la matière et l’énergie. Il s’agit notamment de mettre en musique les trois mots d’ordre de l’économie circulaire que sont la réduction, la réutilisation et le recyclage. Reste à savoir comment passer du principe à sa concrétisation sur un territoire.

C’est un défi qui se pose à nous aujourd’hui, à l’échelle de la ville comme des simples citoyens. De nombreux chantiers sont déjà lancés à Bron, on peut en citer quelques uns.

Réduire ses consommations d’énergie, réduire et valoriser ses déchets, c’est une orientation que la ville porte depuis longtemps. C’est également l’objectif que poursuivent les citoyens engagés dans les nouveaux composteurs de quartier mis en place ce printemps .

Optimiser les ressources, c’est, dans la rénovation de nos bâtiments municipaux, utiliser des isolants à base de matériaux bio-sourcés (c’est à dire d’origine animale ou végétale) ou recyclés, plutôt que des composés dérivés du pétrole.

Réparer, c’est ce que propose la régie de quartier RIB, avec son « Café Réparation », qui une fois par trimestre, permet aux intéressés de venir faire réparer leur petit matériel en panne.

Réutiliser, c’est ce que fait la Petite Rustine, un atelier d’éco réparation de vélos installé à l’Université de Bron Parilly, qui récupère de vieux vélos pour leur redonner vie et les revendre à coût réduit.

Réutiliser, c’est ce qui arrive à plus de la moitié des vêtements que vous déposez dans les silos à textiles de Notre Dame des Sans Abris répartis sur la ville (le reste part en recyclage).

Recycler, c’est ce que fait l’entreprise Valdelia (une PME de trente salariés), qui récupère le mobilier mis à la casse par les entreprises ou les collectivités, dont celui de la ville de Bron. Dans 3/4 des cas, ces mobiliers sont retapés et ensuite revendus dans des circuits d’économie sociale et solidaire, comme Emmaüs. Pour les plus abîmés, on récupère et on recycle les matériaux.

Recycler, c’est aussi le but de l’opération TRUC (pour « TRi dans les UC ») à Parilly, avec l’installation de mini déchetteries au pied des UC, dans lesquelles les salariés en insertion de la régie de quartier RIB trient au maximum les encombrants déposés par les habitants, ensuite récupérés par des entreprises spécialisées.

On le voit, le défi est immense, mais les pistes d’action multiples. Alors circulons, circulons, il y a toujours quelque chose à voir….

 

Gérard Arnaud

Françoise Mermoud

Martine Rodamel