Plans de Déplacements Urbains – Conseil Municipal du 27 mars 2017
Partager

Délibération 17-206 – Plan de Déplacements Urbains de l’agglomération lyonnaise 2017-2030

Chers collègues,

Nous l’avons déjà dit dans Bron Magazine, la pollution atmosphérique a été le mauvais feuilleton de l’hiver dans notre agglomération. Et les trafics routiers en sont largement responsables.

C’est dire que le projet de Plan de Déplacements Urbains que nous propose le SYTRAL répond largement à notre première préoccupation de protéger la santé de nos concitoyens. Le document élaboré définit en effet quatre grands enjeux pour la politique de déplacements dans notre agglomération pour la décennie à venir : la santé publique (avec un objectif de réduire de 35 % les gaz à effet de serre), le cadre de vie, la cohésion sociale et l’optimisation des modes de transport.

Sans revenir sur l’ensemble du document, extrêmement détaillé et complet, nous voudrions apporter quelques commentaires sur trois volets : les transports en commun, le vélo et la voiture.

  • Concernant les transports collectifs, le PDU présente les projets de modes lourds de transport en commun pour Bron d’ici 2030 : poursuite de T6 vers la Doua, création d’une ligne centre Est sur la Route de Genas, création d’une ligne A8 en rocade à l’Est. Notre commune disposera là d’un maillage lourd dense, et pas seulement en centre ville, et c’est une très bonne chose. Mais il ne faudrait pas se focaliser uniquement sur les investissements lourds. Pour beaucoup de nos concitoyens (en particulier dans les quartiers politique de la ville, auxquels le PDU déclare apporter une attention particulière), l’offre de transport de proximité restera le bus. Alors, si on ne veut pas se résoudre à avoir dans notre agglomération un réseau à deux vitesses, la question des fréquences offertes, des amplitudes de fonctionnement (y compris le week end ), du confort aux arrêts restent des préoccupations cruciales. On peut y rajouter celle d’une tarification pour les petits trajets, une demande portée depuis longtemps par les brondillants, mais pas évoquée dans le projet de PDU qui nous est soumis.
  • Concernant le vélo, un des paris les plus ambitieux de ce PDU est la progression attendue : en se fixant pour objectif de passer à 8 % des déplacements assurés en vélo en 2030, contre 2 % aujourd’hui, c’est bien une multiplication par 4 qui est visée. Le pari est ambitieux, il n’est pas fou. 8 % de déplacements en vélo, c’est la situation actuelle dans l’agglomération de Strasbourg. C’est donc faisable, il faut simplement aménager la ville qui va avec.

Actuellement, tous les jours, entre 800 et 1000 vélos empruntent la piste cyclable de l’avenue Franklin Roosevelt devant le Vinatier. Ces 1000 vélos, ils ne sont pas tous écolos (à mon grand regret..), ce sont des brondillants déjà utilisateurs du vélo au quotidien et soucieux de leurs bonnes conditions de circulation. Rappelons donc notre souci, relayé par les conseils de quartier, de trouver une solution rapide aux deux points noirs vélo que constituent le carrefour de la Boutasse et le passage sous l’autoroute A43, avenue du 8 mai. Rappelons aussi la demande des brondillants de pouvoir bénéficier de Vélov lors du renouvellement du marché métropolitain fin 2017, un point qui n’est pas repris explicitement dans le document qui nous est présenté.

  • Enfin, nous regrettons, par contre, de voir inscrit dans le PDU la réalisation de l’Anneau des Sciences, un projet d’un autre âge et dont le financement ruineux empêchera la réalisation d’autres projets de transport collectif beaucoup plus utiles à tous, dans le contexte contraint des finances publics que nous connaissons tous.

En résumé, comme vous l’avez compris, tout nous convient dans ce document… ou presque. Nous voterons donc cette délibération.

Je vous remercie